• INCROYABLE MAIS VRAI LE SON DU CORPS

    Brancher un synthétiseur… sur un être humain : c’est la l’idée originale de deux chercheurs californiens. Le système s’appelle « Biomuse » et enregistre les  mouvements des yeux ainsi que la contraction de certains muscles. L’homme -orchestre commande de cette manière un synthétiseur par l’intermédiaire d’un circuit électronique. On peut imaginer toutes les conventions possibles: la contraction du biceps gauche déclenchera un coup de cymbales, le clignement de l’œil droit frappera sur la grosse caisse tandis que les doigts, s’agitant dans le vide, joueront d’un piano invisible…

    Bien sur, il faut que le musicien soit barde d’électrodes et le résultat pratique est encore peu convaincant. Mais nos deux chercheurs n’ont pas dit leur dernier mot : ils étudient actuellement la possibilité de recueillir directement les ondes cérébrales, manifestations électriques connues depuis le premier électro-encéphalogramme. La pensée du musicien atteindrait alors directement l’instrument.

     

    Ment peut également transposer le morceau deux octaves plus haut ou plus bas en changer le tempo. Grâce à la commande à distance, on peut arrêter le piano, retourner ou avancer rapidement, sélectionner un passage particulier, comme on le  fait avec n’importe quelle cassette de magnétoscope. Placée en hait à droit du piano.

    Disklavier est vendu environ 20 000 dollars pour le grand public. Mais Yamaha a soldée son Disklavier  Grand à certains institution populaires, comme au McDonalds de Limon , une villes du Colorado , qui en a commandée un à 10 0000 dollars afin de divertir la clientèle locale .Outre les disquettes vierges sur lesquelles vous pourrez vous enregistrer , des disquettes préenregistrées Pianosoft sont également disponible sur le  marché pour le prix.

     
  • Le téléspectateur producteur

    C’est à la firme new-yorkaise ACTV que l’on doit cette curieuse expérience : les téléspectateurs de trois cents foyers du Massachusetts pourront programmer eux mêmes leurs émissions de télévision grâce aux touches de la télécommande à distance.Ca ressemble à du zapping, mais c’est beaucoup plus élaborée : on peut piocher des images ou des prises de vues dans une émission et les projeter sur une autre chaine. En somme, jouer aux parfaits apparents metteurs en scène. Cela s’appelle la télévision interactive. Fini les longues d’images : place au téléspectateur actif !

    ACTV Inc.

     
  • LES OPTIQUES DE POINTE

    CANON EPOCA

    La compacité de L’Epoca est exceptionnelle puisque l’appareil est construit autour de l’objectif, en l’occurrence un zoom 35-105 millimètres. Motorisée, il se commande à laide d’un simple bouton, comme celui d’un caméscope. Le flash incorpore fait office de bouchon d’objectif et s’ouvre pour se mettre en position. En émettant une lumière continue avant de photographier, ce flash provoque une rétraction des paupières des sujets, diminuant le phénomène des « yeux rouge »…

     

    NIKON F-401S

    La quadrature du cercle enfin réalisée! Cet appareil est en effets d’un maniement simplissime et permet néanmoins toutes les fantaisies à l’amateur éclairée. C’est qua l’intérieur du F-401 se trouve un microprocesseur prenant en charge tous les paramètres de la photographie: mise au point, éclairage, risque de flou, ct.

    L’appareil peut même doser la lumière du flash (incorporée) par rapport à l’éclairage ambiant. Le débutant intégral ne risque donc rien .Quant à l’amateur averti, il peut débrayer ces automatismes pour faire ce que bon lui semble.

     

    CANON EOS 700

    Le premier reflex avec un zoom 35-80 motorisée. Un tel zoom est l’objectif « à tout faire « . Motorisée, il se manipule donc par un simple bouton, comme celui d’un caméscope.

    Pour le débutant, ou la photo sans souci L’EOS 700 offres une gamme de programmes spécialisés (portraits, paysages, intérieurs…).Les trouveront des automatismes partiels, comme la priorité à la vitesse.